Sélectionner une page

Voici venir le temps, plié, de l’étang, plié… De dépit, on lui avait fait son lit de rivière en portefeuille.

L’animal, si mal, s’en est-allé. Sans sa monture, ne reste, pour s’admirer dans le miroir de ses sociétés humaines, qu’un chevalier des Temps pliés !

Adieu têtard, il est trop tard !

Adieu triton, c’est trop con !…

Adieu poisson-chat, mais c’est comme ça :

Voici venir le temps, plié, de l’étang, plié. dans l’abime du temps plié de l’étang plié, désormais n’ont plus pied les cocottes en papier.

Une émission musicale proposée par François Prost