Sélectionner une page

« Je suis Ludmilla Allais-Benbouali, céramiste musicienne, je suis franco-algérienne et je suis à l’origine de Myabaraka. »
C’est en Mars 2008 que Myabaraka voit le jour.
Par essence Myabaraka représente le métissage, le mélange des cultures. Il est né de la volonté de voir s’incarner positivement le mélange des sonorités contraires qui résonnent à l’intérieur. Du désir viscéral de créer un territoire de jeu situé à l’intersection, un laboratoire où donner corps aux intuitions. Dévoiler le dedans, Creuser dans les profondeurs et voir surgir le clair au grand jour. Donner voix à l’indicible. Graver les empreintes digitales dans la Terre et la décrypter telle une partition.
Une émission d’Alexandre Raphalen et François Turpin