Il était une fois un écrivain : Jean-Marie Le Clézio, juin 2014

le clezioValérie Mazeau et Daniel Raphalen présentent deux ouvrages de Jean-Marie Gustave Le Clézio : « Ritournelle de la faim » et « Tempête ».
 Né dans une famille bretonne, émigrée à l’Ile Maurice au 18e siècle. Son père est médecin de brousse en Afrique.

Après une licence de lettres, il travaille à l’Université de Bristol et celle de Bath. Dans les années 70, il voyage au Mexique et au Panama où il vit plusieurs mois auprès des Indiens.

Il connaît très vite le succès avec son premier roman publié, Le Procès-verbal (1963). Jusqu’au milieu des années 1970, son œuvre littéraire porte la marque des recherches formelles du Nouveau Roman.

Par la suite, influencé par ses origines familiales, par ses voyages et par son goût marqué pour les cultures amérindiennes, Le Clézio publie des romans qui font une large part à l’onirisme et au mythe (Désert et Le Chercheur d’or), ainsi que des livres à dominante plus personnelle, autobiographique ou familiale (L’Africain). Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, romans, contes, nouvelles et essais.

Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 2008, en tant qu’ « écrivain de nouveaux départs, de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle, explorateur d’une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante »….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 18 =