Chronique d’un livre annoncé : « La fête de l’insignifiance » de Milan Kundera

KunderaCette semaine place à un nouveau poids lourd de l’écriture, un contemporain de Gabriel Garcia Marquez dont je vous parlais la semaine passée. Il s’agit de Milan Kundera, européen lui, tchèque naturalisé Français, qui du haut de ses 85 ans publie ce mois ci chez Gallimard un nouveau roman : La fête de l’insignifiance.
Dans L’insoutenable légèreté de l’être, son roman le plus connu paru en 84, l’auteur étudie le mythe de l’éternel retour. Il se concentre sur le fait que l’Homme ne vit qu’une fois, sa vie ne se répète pas et donc il ne peut corriger ses erreurs. Et puisque la vie est unique, l’homme préfère la vivre dans la légèreté, dans un manque absolu de responsabilités. 
Présentée par Gwen Moullec-Le Thérisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + 20 =